Arnaud Labelle-Rojoux

On va encore manger froid ce soir, 2008

Semiose éditions - Éditions Loevenbruck - MAMAC Nice

Textes de Nathalie Quintane, Laurent Quintereau et Eric Mangion

192 pages - couleur - Broché, couv. souple
20,5 x 25,5 cm
isbn : 978-2-915199-32-1

Épuisé
192 pages - couleur - Broché, couv. souple
20,5 x 25,5 cm
isbn : 978-2-915199-32-1
On va encore manger froid ce soir - Arnaud Labelle-Rojoux
On va encore manger froid ce soir - Arnaud Labelle-Rojoux
On va encore manger froid ce soir - Arnaud Labelle-Rojoux
On va encore manger froid ce soir - Arnaud Labelle-Rojoux

Cette monographie d'Arnaud Labelle-Rojoux fait le point sur un artiste qui se distingue aussi bien comme plasticien que performeur et essayiste. Formant un véritable corpus critique de référence, l'ouvrage recense une oeuvre polymorphe qui tisse une toile humaine en forme d'attrape-néant. Performances, installations et sculptures conjuguent informations triviales et érudition, mais à peine remonte-t-on le versant théorique du travail de Labelle-Rojoux que l'on se retrouve immédiatement projeté vers le bas : vers le mauvais goût, l'immaturité, l'excès, le comique. Quoi de plus efficace, au fond, pour faire tomber la lettre qui sépare le cosmique du comique ?

Arnaud Labelle-Rojoux

Arnaud Labelle-Rojoux est né en 1950 à Paris, où il vit ; depuis 2007, il enseigne à la Villa Arson à Nice. Inclassable, il s'évertue à ne pas se définir. Son art « parodic » cherche l'effet immédiat de la pop musique et procède par retournement ? d'une image, d'une expression, des valeurs esthétiques. Avec lui, la culture « mange à tous les râteliers » et soupe de références nobles ou grossières. Ses murs associent en des calembours visuels des slogans, des collages, des dessins encadrés, des sculptures matiéristes, où le beau et l'art sont soumis à la question, l'air de rien. Avec ou sans son complice Xavier Boussiron, il est l'auteur de nombreuses performances.
Ses oeuvres ont été exposées à plusieurs reprises à la galerie Loevenbruck, au musée d'art et d'archéologie du Périgord (2011) et au MAMAC à Nice (2008), et figurent parmi les collections du musée d'art moderne de Saint-Étienne, du fonds municipal d'art contemporain de la Ville de Paris, du CNAP et des Frac PACA et Aquitaine.