Martine Aballéa

Roman partiel, 2009

Semiose éditions

Textes de Pascale Cassagnau, Elein Fleiss et Elisabeth Lebovici

192 pages couleur - Broché, couv. souple
15 x 22 cm
isbn : 978-2-915199-26-0

20,00 €
192 pages couleur - Broché, couv. souple
15 x 22 cm
isbn : 978-2-915199-26-0
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa
Roman partiel - Martine Aballéa

    Cette monographie consacrée à Martine Aballéa (née en 1950 à New York) retrace le parcours singulier de cette artiste, depuis les années 70 jusqu'aujourd'hui. A travers des expositions marquantes et un corpus significatif d'oeuvres, l'ouvrage égrène les fragments d'un récit à la théâtralité angoissée. Un travail qui s'attache aux couleurs et objets mis en scène pour animer les éléments d'une sensualité cruelle. Parfums, nourritures, végétaux, affiches de publicité et de films se trouvent révélés dans l'atmosphère vibrante du crépuscule. Le récit d'un monde onirique qui réfléchit, comme à travers les yeux d'un chat, la lumière d'une autre réalité.

Martine Aballéa

Née en 1950 à New York, Martine Aballéa vit et travaille à Paris. En 1999, on peut prendre une chambre (en journée) dans son « Hôtel passager » au Musée d?Art moderne de la Ville de Paris ; en 2012, s'égarer dans sa « Maison sans fin » au CRAC Languedoc-Roussillon, aux portes donnant sur le vide. Ses expositions sont des territoires mentaux à investir. Ses ?uvres ? livres d'artiste, photographies colorées à l'encre ou à l'aquarelle, installations ? superposent le texte et l'image. Celle qui rêvait d'être écrivain crée ainsi des fictions fantomatiques, des paradis perdus phosphorescents où s'avouent des crimes passionnels à moitié pardonnés, des chagrins et des désirs. Sentimental, caustique, onirique, son travail est conservé entre autres au Solomon R. Guggenheim Museum à New-York et au MNAM Centre Pompidou à Paris.